Prendre la rue Jean Jacques Rousseau (en bas du collège) la suivre jusqu'à son extrémité. Descendre la route de Pérassier, traverser le ruisseau de Sainte Agathe puis remonter. En haut de la côte, tourner à gauche.

125

"En 1452, Jean de Péracier est possesseur dudit lieu avec "mote, fossés, terre, moulin, garennes, ensemble prévôté, péage et redevances à Néris, et d'une dîme à Venas".

Au cours du siècle suivant, la terre passe par alliance à différentes familles nobles locales dont les Monestay, les de Forges, les Château-Bodeau. En 1659, François Robert de Culan, écuyer, est sieur de Pérassier puis le château devient, au XVIIIème siècle, possesseur de la famille Desbouis. Il sera vendu comme bien national à la Révolution.

Il comprend plusieurs parties des XVème et XVIème siècles : à droite un corps de logis principal à étage, à gauche une tour rectangulaire. Ces deux constructions sont reliées par une grande aile latérale. Le manoir primitif à étage était cantonné sur son arrière au nord-est et au-dessus des fossés par deux tours rondes dont la plus grosse servait de donjon. La plus petite a disparu ainsi, peut-être, que des tours éventuelles sur la façade. Au XVème siècle, ce bâtiment fut agrandi par une aile basse à l'extrémité de laquelle, et en retrait, s'élève une tour presque carrée à trois niveaux, coiffée d'une toiture à quatre pans et qui paraît dater du XVIème siècle. L'un des niveaux devait abriter la chapelle et un autre permettait l'accés au comble. Une porte monumentale dont un dessin est conservé permettait l'accés à la cour d'honneur, autrefois pavée et entourée de fossés."

"Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais" sous la direction de René Germain. Editions De Borée. 2004

125A

A propos de ce château, il existe une belle légende : "La bonne dame de Péracier".

Voir le bloc "légendes sur Néris"