Après lecture du procès verbal de la dernière séance qui est adopté, Me MEUNIER demande la parole et prononce l’allocution suivante :

« Messieurs,

Permettez moi au début de cette réunion de rappeler le souvenir d’un ancien collègue, qui, par sa situation indépendante, ses relations, et la sincérité de ses convictions politiques joua un rôle important dans nos assemblées communales. J’ai nommé Mr Auguste ROCHETTE.

Né le 10 mai 1838, il appartenant à cette phalange de républicains sincères et dévoués qui établirent la troisième République. Comme eux, il vota non au plébiscite, membre de la commission du 4 septembre 1870, il fut un de ceux qui proclamèrent la République à Néris.

Conseiller municipal de 1870 à 1879, puis de 1900 à 1904, Auguste ROCHETTE sut gagner la confiance de ses collègues qui estimèrent toujours cet esprit libéral.

Administrateur de l’hôpital thermal, il conserva pendant 26 ans de 1878 à 1904 la double fonction d’administrateur et d’ordonnateur de cet établissement de charité.

Fondateur, administrateur et ordonnateur du Bureau de Bienfaisance depuis 1870 jusqu’à sa mort, c’est là sans contredit que Mr ROCHETTE déployait la plus grande activité.

Nous le voyions présidant chaque année à l’installation et à l’organisation de ces fêtes de bienfaisance, ne marchandant ni son temps ni sa peine pour en garantir le succès.

Quant tout était réglé, Auguste ROCHETTE s’empressait de faire part à ses collègues du résultat obtenu.

Toujours heureux et fier d’encaisser la forte somme au nom des pauvres dont il fut pendant 34 ans le généreux fidèle et digne dispensateur.

Tant à l’hospice qu’au bureau de bienfaisance, son but principal a été atteint puisqu’il venait de laisser à ses successeurs une situation financière brillante et prospère.

Devant une carrière administrative aussi longue que bien remplie, je crois être l’interprète de tous mes collègues du conseil municipal en rendant un hommage respectueux à la mémoire du sincère démocrate, du conseiller municipal, de l’administrateur dévoué, de l’ordonnateur serviable et consciencieux que fut toujours Auguste ROCHETTE ».

Le conseil, à l’unanimité, décide que cette allocution soit inscrite au registre des délibérations.

Fournitures de vivres à l’hospice

Mr le maire soumet au conseil pour avis le projet de cahier des charges dressé par la commission administrative de l’hospice pour l’adjudication des fournitures de vivres nécessaires à l’hospice pendant l’année 1904.

Le conseil, à l’unanimité, émet un avis favorable à ce projet de cahier des charges.

Hospice

Mr le maire soumet ensuite au conseil une délibération par laquelle la commission administrative de l’hospice décide que, comme les années précédentes, les commerçants patentés de la commune pourront seuls concourir à l’adjudication des fournitures des vivres pendant l’année 1904.

A l’unanimité, le conseil émet un avis favorable à cette délibération.

Demande dispense (réserviste)

Mr le maire soumet au conseil une demande de dispense à titre de soutien de famille formée par le nommé BOUGEROL Jules, réserviste de la classe 1894. Le conseil, après en avoir délibéré, considérant que BOUGEROL est marié, père de famille ayant à sa charge sa mère veuve et âgée, a l’unanimité émet un avis très favorable à sa demande.