Voici un documentaire sur la ligne de chemin de fer de Montluçon à Gouttières. Cet article évoluera en fonction de l'avancement de mes recherches.

mise à jour du 20 août 2010

La construite de la gare de Néris les Bains fut déclarée d'utilité publique en juillet 1913 mais il était déjà question d'un tramway dans les années 1897 qui devait relier Montluçon à Commentry en passant par Néris.

La ligne fut tracée sur le papier en 1919 et les expropriation commencèrent en 1924. D'une longueur de 45 kilomètres, c'est la dernière ligne construite par le PO (Paris Orléans).Elle se faufile dans une région accidentée. D'une altitude de 211 m au départ, elle arrive à son terminus de Gouttières à 655 m.

Les travaux de terrassement furent effectués entre 1921 et 1926 et la construction entre 1929 et 1931.

Voici un document inédit et très intéressant faisant partie de mes archives personnelles : un extrat du tracé de la ligne :

trac__de_la_ligne

Voici voyez ainsi le tracé naturel du terrain et celui de la ligne. Observez le travail énorme qu'il a fallu effectuer (remblai, viaducs...).

Dessinée par l'architecte Louis Brachet, la gare de Néris est un véritable chef d'oeuvre. Elle fut construite en grés rose de Montvicq et les pierres de taille en granit provenaient des carrières de Treignat. Les soubassements en grés houiller provenaient de Vallon.

160A

Le bâtiment voyageurs est un véritable manoir avec non moins de 4 logements de service au 1er étage (en raison du personnel plus nombreux pendant les cures thermales), une toiture au dessin complexe formée par des tuiles polychromes.La verrière, située côté voies a été endommagée par un orage de grêle en 1946.

 

160B

 

160C

L'ouverture de la gare avait été prévue pour le 8 mars 1931 mais les intempéries de l'hiver 1930-1931 retardèrent les travaux. Un premier train de reconnaissance passa sur la ligne le 5 mai 1931 avec une locomotive à moteur 141T série 5600 (voir photo ci dessous) n° 5701, le mécanisien était Mr Passat et le chauffeur Mr Robert, tous les deux de Montluçon.

 

arriv_e_en_gare

L'inauguration eut lieu le 15 mai 1931. Mais la ligne n'est pas rentable (baisse du nombre de curiste notamment) et fut fermée au trafic des voyageurs le 15 mai 1939 sauf pour l'express Paris Néris qui fut arrêté en septembre 1957. Il ne subsista que le trafic des marchandises qui stoppa définitivement le 3 novembre 1969.

173A

La ligne est établie en voie unique. Le rail est du type 36 kg/m posé simplement sur du ballast constitué de sable. Des voies d'évitement ont été prévues à Néris les Bains, Durdat Larequille, Marcillat et Pionsat. La gare de Néris possédait d'une troisième voie entre les deux quais, particularité répandue au PLM mais peu courant au PO.

micheline_1930

Au début des années 30, le PO loue, l'hiver, la ligne à la maison Michelin de Clermont Ferrand qui vient essayer ses nouvelles Michelines avant livraison aux compagnies de chemin de fer. Le 22 avril 1936, le PO effectue un essai avec un autorail ADN du centre du Blanc (Indre) pour parcourir la ligne dans l'horaire Montluçon - Ville 16 h 55, Néris les Bains 17 h 08, Clermont Ferrand 19 h 38. L'autorail est autorisé à rouler à une vitesse supérieure de 10 km/h à la vitesse limite des trains. L'engin retournera à Montluçon par le même itinéraire le lendemain.

Gare001

Photo prise en septembre 1952. On voit une paire de voitures Néris - Paris en attente de départ derrière une 141TA.

La gare fut vendue à la commune de Néris les Bains le 4 février 1975 pour la somme de 205 000 francs de l'époque. Dénommé "Pavillon du Lac", elle fut aménagée en salle polyvalente et inaugurée comme telle le 15 juillet 1975. Elle fut inscrite aux monuments historiques pour sa façade et sa toiture le 21 décembre 1975.

la_gare

 

couverture_gare

La toiture fut rénovée en 2005 par l'entreprise Briere / Bellosta sous la houlette d'Anne Kergrohenn, architecte.

 

------------------------------------------------------------------

Les travaux de construction de la ligne de chemin de fer furent rendu difficile par la forte dénivellation des terrains. Ils furent commencés en 1921 et terminés en 1926.

 

 

 

En juin 1924, après une tentative de grève, quelques maçons de la ligne Montluçon-Gouttières ont été congédiés à Néris.

 

 

 

Le viaduc de Sainte Agathe

 

Il mesure 165,50 m de longueur sur une largeur de 4 m. Il est constitué de 7 arches de 16 m d’ouverture.

 

La pierre vient de la carrière du bois de la Pierre de Treignat. Sa hauteur est de 40 m.

 

 

 

Le viaduc de Pérassier

 

Il mesure 216 m de longueur, comporte 9 arches de 18 m d’ouverture. Sa hauteur est de 51 m et également construit avec des pierres de Treignat.

 

519C

 

 

519

 

 

 

 

 

 

 

 

Gare002

Magnifique photo prise en 1969 d'une 141 TA 416 (desserte marchandises) sur le viaduc de Pérassier.

 

Le viaduc de Néris ou viaduc des Chaudes

 

D’une hauteur de 23 m, il mesure 113 mètres de long, possède 7 arches de 10 m d’ouverture.

 

521A

 

Voici le mur de soutènement à arcades comprenant 13 arches de 8 mètres d’ouverture :

 

 

 

 

527

 

 

 

En 1922, les projets des deux seuls viaducs de Sainte Agathe et Pérassier étaient estimés à plus de 3,8 millions de francs.

Arc voûté de 8 mètres d'ouverture (à l'entrée Nord de Néris les Bains) laissant le passage à la route de Montluçon qui, pour l'occasion, avait été déviée de 170 mètres.

 

535

---------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai acheté il y a peu le n°31 de la revue bimestriel "LE P.O. ILLUSTRE" de mai 1931. Couverture_LE_PO_ILLUSTRECe journal était destiné au personnel de la compagnie ferroviaire Paris Orléans, compagnie qui était chargée de la construction de la ligne de chemin de fer Montluçon - Gouttière en passant par Néris les Bains.

En voici donc l'intégralité

----------------------------------------------------------------

Page 3, deux articles :

Principaux_travaux__1_

Nouvelle_ligne_Montlu_on_par_N_ris_les_Bains

Voici donc l'article complet qui suit pages 8 et 9 :

Titre

Le Réseau d'Orléans compte une nouvelle ligne, celle de Montluçon à Gouttières qui a été ouverte à l'exploitation le 15 mai dernier.

La construction de cette ligne avec son tracé actuel fut envisagée en vue d'obtenir, d'une part, des relations plus directes entre Montluçon et Clermont Ferrand, et de desservir, d'autre part, le bassin houiller de Gouttières - Pontaumur, alors récemment découvert.

Les opérations sur le terrain et l'étude des projets furent commencées peu après le vote de la loi du 7 juillet 1913 qui déclarait la nouvelle ligne d'utilité publique et la concédait définitivement à la Compagnie d'Orléans. La mise au point des projets, considérablement ralentie du fait de la guerre, ne put être terminée que fin 1919.

Viaduc_de_P_rassier

Les travaux d'infrastructure, commencés au début de 1921 et achevés en 1926, furent rendus difficiles par les fortes dénivellations du sol dans cette région tourmentée des premiers contreforts du Massif Central. Il fallut se livrer à d'importants terrassements, déjouer maints obstacles naturels et multiplier les travaux d'art, dont l'élégance ne le cède en rien à la robustesse. Signalons, dans cet ordre d'idées, les jolis viaducs en maçonnerie de granit de Sainte Agathe, de Pérassier et de Néris, situés entre Montluçon et Néris, qui atteignent respectivement 40 mètres, 51 mètres et 23 mètres de hauteur ; le viaduc situé entre Pionsat et Gouttières et dont la hauteur est de 21 mètres ; le viaduc de la Cellette, et enfin le souterrain des Bouchauds, de 585 mètres de longueur, par lequel le rail atteint le bassin de la Sioule, arpès avoir abandonné celui du Cher.

La superstructure ne présente pas, en ce qui concerne la voie proprement dite, de particularités notables. Disons toutefois que le rail employé est du type Standard, pesant 36 kilos le mètres courant, sauf dans les courbes d'un rayon inférieur à 500 mètres où le rail D.C., pesant 42 kilos le mètre, a été utilisé.

Train_en_gare_de_N_ris

Il convient de signaler le caractère esthétique des bâtiments de la ligne. La gare de Néris les Bains, bâtie en grès de Vallon, aux teintes délicatement nuancées de jaune et de rouge, marque une nouvelle étape franchie par le Réseau d'Orléans dans sa recherche d'une architecture de caractère local, dont les gares de Capdenac et de La Baule avaient marqué les premières étapes.

La ligne de Montluçon à Gouttières, longue de 41 kilomètres, serpente dans une région très accidentée et offre au touriste le spectacle sauvage et grandiose de collines abruptes et de ravins encaissés au fond desquels murmurent les eaux vives d'impétueux torrents.

Une_vieille_rue___Montlu_on

Elle se détache de celle de Montluçon à Eygurande à un kilomètre de la gare de Montluçon (altitude 211,36) et se raccorde à Gouttières (altitude 655,83) avec la ligne de Lapeyrouse à Volvic, après avoir desservi la station thermale réputée de Néris les Bains et deux chefs-lieux de canton : Pionsat et Marcillat, où l'on peut admirer un superbe château du 15ème siècle avec donjon.

La charmante localité de Néris les Bains retient tout particulièrement l'attention. N'a-t-elle pas, d'ailleurs, ses quartiers de noblesse, elle, dont les origines remontent, selon un grand nombre d'auteurs anciens, à Néron qui l'aurait fondée ? D'où son nom, tiré de celui de cet éclectique empereur romain tristement célèbre. Quoi qu'il en soit, il est hors de conteste que Néris, sous la domination des Romains, était déjà une ville importante à laquelle aboutissaient plusieurs voies (nous dirions aujourd'hui des routes), entre autres celle de Bourges à Clermont.

L'énorme quantité de médailles, d'objets d'art et de fragments d'édifices somptueux de tous genres qu'on y a retrouvés atteste la magnificence de cette cité, explicable par sa situation géographique et l'efficacité curative de ses eaux thermales. Les Romains mirent à profit l'existence de ses sources chaudes et édifièrent des thermes et des arènes dont on peut encore admirer les vestiges.

Après avoir été détruite et rebâtie plusieurs fois, la cité gallo-romaine fut complètement ruinée par les Normands, et ses sources tombèrent dans un abandon total. Ce n'est guère que vers la fin du 15ème siècle que Néris connut un regain de faveur surtout marqué au 18ème siècle où l'on vit des personnages célèbres, tels Chateaubriand et Lamartine, demander à ses eaux le secret de Jouvence...

Gare_de_Marcillat__1_

L'établissement thermal, dont la première pierre fut posée le 15 juin 1826, ne fut achevé qu'en 1853. Depuis lors, Néris continue à être de plus en plus fréquentée et est en voie de reconquérir son ancienne prospérité par la qualité de ses eaux qui donnent d'excellents résultats dans le traitement des affections relevant du rhumatisme, de la sciatique, des névralgies.

Non loin de Gouttières, point terminus de la nouvelle ligne, se trouve une autre station thermale : Châteauneuf Les Bains qui n'occupe pas, en importance, la place que lui vaudraient sa situation au fond de la gorge profonde mais riante de la Sioule, et la vertu remarquable de ses eaux, souveraines contre l'anémie, les affections cardiaques et rhumatismales et certaines maladies de la peau.

La nouvelle ligne de Montluçon à Gouttières est appelée à rendre de grands services par les facilités qu'elle offrira aux excursionnistes, tentés par les âpres beautés de toute une contrée jusqu'ici quelque peu déshéritée, et aux malades qui viennent demander aux eaux bienfaisantes de Néris le soulagement de leurs maux.

 

 

 

Le_ch_teau_de_Montlu_on

Le château de Montluçon

Le_viaduc_de_la_Tarde

Cette photo du viaduc de la Tarde est une erreur d'illustration de la part du journaliste de l'époque car n'a rien à voir avec la ligne de Montluçon - Gouttières.

 

575

Le même lieu mais quelques décennies plus tard...

576

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------------------

 

 

 

La ligne n'est pas rentable et fut fermée au trafic des voyageurs le 15 mai 1939 sauf pour l'express Paris - Néris qui fut arrêté en 1957. Il ne subsistait que le traffic des marchandises qui stoppa définitivement le 3 novembre 1969.

La gare fut vendue à la commune de Néris les bains le 4 février 1975. Dénommée "Pavillon du Lac" elle fut aménagée en salle polyvalente inaugurée le 15 juillet 1975. Elle fut inscrite aux Monuments Historiques pour sa façade et sa toiture le 21.12.1975.

Les 6040 mètres de la voie ferrée de Néris les Bains à Montluçon furent aménagés en voie piétonne qui fut "mise en service" le 26 mai 1976. 

Rénové et tranformé en salle des congrés (inaugurée en 2010) le Pavillon du Lac du Néris les Bains a retrouvé toute sa splendeur. Le grand couloir situé à l'arrière a repris les dimensions de l'ancien quai. Ce bâtiment est splendide.                  

IMG_5513

        IMG_5501