Le 9.11.1860, par suite d'un arrêté  de Mr le Préfet, la commune est autorisée à avoir un nouveau garde champêtre en remplacement de Mr Fannechère, (âgé 75 ans et que les infirmités ont rendu impotent) et que son traitement serait de 500 francs par année.

La commission administrative de l'hospice de Néris fait une demande à Mr le Ministre de l'Instruction Publique tendant à obtenir un secours représentant le tiers de la dépense faite pour la construction d'une salle d'école gratuite servant aux filles. Cette même commission  demande à se faire autoriser à prélever une somme de 1200 francs sur le crédit porté pour construction d'une cuisine, ce revirement étant nécessaire à l'effet de solder les frais de  consommation de 1860.Le conseil accorde cet opération.

Mr le maire  expose enfin au conseil qu'il n'existe au budget aucun crédit pour travaux faits à la salle d'école, qu'il a été urgent et utile de faire quelques réparations à la dite salle, que les dites réparations s'élèvent à la somme de 16 francs, que les latrines servant à l'usage des enfants se trouvant remplies il était urgent de les faire vider, que cette dépense s'élève à la somme de 8 francs. Le conseil, vu le mémoire fourni par Mr Forichon en ce qui concerne la classe et le mémoire de Mr Demenat en ce qui concerne les lieux d'aisance, reconnaissant que ces dépenses étaient urgentes et qu'il n'existe au budget aucun crédit à l'effet de solder ces dépenses, est d'avis que la somme de 24 francs soit prélevée sur l'article dépenses imprévues.